1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer
Dernière Mise à Jour:
Le 12-05-2017 08:09

Infliximab et spondylarthropathies

MS. Bennouna
Rhumatologue - Secteur privé Casablanca
07/09/2010

Si les anticorps monoclonaux anti-TNF alpha représentent actuellement une véritable révolution dans le traitement des rhumatismes inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde plusieurs publications récentes ont souligné leur intérêt dans les spondylarthropathies réfractaires au traitement classique.

Les premiers anti-TNFa développés ont été les anticorps monoclonaux (infliximab) récemment commercialisés au Maroc et les récepteurs solubles du TNFa (étanercept). D'autres modalités thérapeutiques sont également en cours de développement.

Dès les premiers essais contrôlés en double aveugle contre placebo l'infliximab a montré qu'il était susceptible d'apporter une amélioration spectaculaire de tous les paramètres axiaux et périphériques de la spondylarthropathie (SpA) ainsi que des paramètres biologiques inflammatoires.

Efficacité

Deux études ouvertes l'une allemande(1) l'autre belge(2) ont été réalisées chez respectivement 70 et 40 patients ayant une SpA active. Ces malades ont été randomisés et ont reçu un traitement en perfusion intraveineuse de 5 mg/kg d'infliximab ou de placebo aux semaines 0 2 et 6 [cette dose a été retenue au terme des premiers essais ouverts car elle s'est révélée plus efficace que celle de 3 mg/kg classiquement utilisée dans la polyarthrite rhumatoïde (PR)]. Les évaluations pour des paramètres d'efficacité ou de tolérance ont été effectuées à la 1re 2e 6e 8e et 12e semaine du protocole selon plusieurs critères choisis à partir des recommandations de l'ASAS (Ankylosing Spondylitis Activity Score)(3).

Parmi ces critères on retient l'évaluation globale par le patient et par le médecin de l'activité de la maladie sur une échelle visuelle analogique (EVA). Ont été également pris en compte des paramètres cliniques et biologiques qui comportent la douleur la raideur matinale le nombre à la fois d'articulations douloureuses et d'articulations gonflées l'examen du rachis la douleur nocturne l'activité de la maladie selon l'index BASDAI l'impotence fonctionnelle selon l'index BASFI la vitesse de sédimentation (VS) et la protéine C-réactive (CRP).

Dans les deux études chaque moitié a reçu un placebo et l'autre de l'infliximab. Les groupes se sont avérés comparables à leur inclusion. Pour l'étude allemande les 70 malades présentaient une SpA active et sévère (selon les critères de New York) c'est-à-dire ayant un indice BASDAI de 4 ou plus et des douleurs rachidiennes supérieures ou égales à 40 mm sur une EVA de 100 mm. Les groupes des auteurs belges présentant une SpA active ont été identifiés sur tous les paramètres cliniques et démographiques sur l'existence de l'antigène HLA B27 et sur le type de SpA et les traitements associés.

Pour l'étude allemande(1) 53 % des patients ont obtenu une amélioration de plus de 50 % de l'activité de leur maladie contre seulement 9 % des malades sous placebo. Cette amélioration a été précoce significative dès la 2e semaine et s'est maintenue tout au long des 12 semaines d'étude. L'efficacité de l'infliximab était également observée sur l'atteinte articulaire périphérique lorsqu'elle était présente. Par ailleurs plus de la moitié des malades sous infliximab ont pu réduire leur dose d'AINS de plus de 50 % (41 % les ont même arrêtés) contre 19 % dans le groupe placebo. Tous ces résultats ont été similaires à ceux de l'étude belge(2).

Tolérance

Dans l'ensemble la tolérance de l'infliximab a été bonne avec des effets indésirables mineurs comparables dans les deux groupes pour les deux études. Cependant des événements intercurrents sont survenus nécessitant parfois l'arrêt du traitement (tuberculose ganglionnaire et splénique granulomatose pulmonaire leucopénie à 2600/mm3 polyarthrite symétrique transitoire avec présence de facteurs antinucléaires rash lupique infection intercurrente herpétique et réactions secondaires à la perfusion).

Ainsi la survenue éventuelle d'effets secondaires graves a justifié une surveillance très rapprochée de ces patients sous infliximab. En outre la prudence doit être de mise chez les patients présentant une insuffisance cardiaque en particulier lors de l'utilisation de doses supérieures à 5 mg/kg. Ce même constat a déjà été rapporté dans les résultats du suivi à long terme des malades atteints de PR et traités par infliximab lors des essais cliniques qui ont concerné plus de 1600 patients pour traitement et plus de 700 sous placebo.

En conclusion si les agents biologiques bloquant le TNFa constituent une avancée thérapeutique très importante pour les rhumatismes inflammatoires comme la PR et si récemment ce traitement a reçu en Europe une extension de son AMM pour les spondylarthropathies l'intérêt de ces biothérapies se confirme également dans les maladies systémiques les vascularites la maladie de Still certaines formes d'amylose et dans d'autres affections inflammatoires et dysimmunitaires. Des études thérapeutiques sont actuellement menées pour évaluer l'intérêt et la tolérance des anti-TNF dans ces affections.

 

1- Braun J Brandt J Listing J et al. Treatment of active ankylosing spondylitis with infliximab : a randomized controlled multicentre trial. Lancet 2002;359:1187-93.

2- Van Den Bosch F Kruithof E Baeten D et al. Randomized double-blind comparison of chimeric monoclonal antibody to tumor necrosis factor alpha (infliximab) versus placebo in active spondylarthropathy. Arthritis Rheum 2002;46:755-65.

3- Anderson JJ Baron G van der Heijde D Felson DT Dougados M. Ankylosing spondylitis assessement group preliminary definition of short-term improvement in ankylosing spondylitis. Arthritis Rheum 2001;44:1876-86.