1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer
Dernière Mise à Jour:
Le 12-05-2017 08:09

L'ostéoporose cortisonique

Tous les médecins savent que la corticothérapie peut être responsable d'un certain nombre d'effets secondaires parmi lesquels l'ostéoporose cortisonique et l'augmentation du risque de fracture constituent un des problèmes les plus sérieux. Mais paradoxalement rares parmi eux sont ceux qui prescrivent un traitement préventif de l'OP en démarrant une corticothérapie au long cours. Même parmi les spécialistes utilisant fréquemment la corticothérapie générale (rhumatologues pneumologues dermatologues internistes...) beaucoup avouent ne pas toujours penser à prévenir l'OP en démarrant une corticothérapie. Et si tous les médecins savent que les femmes ménopausées sont la population à haut risque peu par contre savent que même les hommes et les femmes pré-ménopausées sont à risque de faire des fractures ostéoporotiques sous corticothérapie.

L'ostéoporose a bénéficié récemment de progrès importants dans les domaines épidémiologique diagnostique physiopathologique et thérapeutique permettant d'élaborer une prise en charge rationnelle et efficace des patients recevant une corticothérapie. C'est ainsi que plusieurs recommandations consensuelles ou basés sur les preuves ont vu le jour [1 2].

Physiopathologie de l'OP cortisonique

Il a été démontré que la perte osseuse est précoce et rapide significative dès les 6 premiers mois du traitement. Elle est d'origine multifactorielle [6-9].

Tout d'abord sur la formation osseuse :

Les corticoïdes agissent directement sur les ostéoblastes en réduisant leur activité de synthèse et leur différentiation et en stimulant leur apoptose. Ils réduisent également la production et l'activité de facteurs de croissance indispensables à leur activité (IGF-1 TGF-b). Cela se traduit par une diminution dose dépendante et très sensible du taux d'ostéocalcine. Cette action directe sur les ostéoblastes est probablement le facteur prépondérant.

Les corticoïdes peuvent induire un hypogonadisme par un mécanisme mixte : inhibition directe des hormones gonadiques et inhibition de l'axe hypothalamo-hypophysaire.

Les corticoïdes peuvent induire une myopathie parfois précoce et importante qui sera responsable d'un déficit d'ostéoformation en rapport avec la réduction de la mobilité et des sollicitations mécaniques directes sur l'os.

Les altérations de la résorption sont complexes et encore mal comprises :

Les corticoïdes diminuent l'absorption intestinale du calcium et la réabsorption rénale avec comme effet hypocalcémie et hyperparathyroïdisme secondaire.

En plus une modification de l'expression des facteurs de régulation de la différentiation des ostéoclastes (le RANK-ligand et l'ostéoprotégérine) a été démontrée récemment in vitro avec pour conséquences une augmentation transitoire du nombre des ostéoclastes au début de la corticothérapie.

Epidémiologie

Les corticoïdes sont prescrits au long cours par un très grand nombre de médecins pour des pathologies très diverses (rhumatismes inflammatoires chroniques asthme et pathologies allergiques maladies dysimmunitaires...). Quand on sait que 05 à 09% de la population générale est exposée à un traitement cortisonique par voie générale au long cours selon les études [3-5] et que moins de 10% d'entre eux bénéficient d'un traitement préventif de l'OP on peut se rendre compte de l'ampleur du problème.

Risque fracturaire sous corticothérapie

Les estimations grossières de la prévalence des fractures ostéoporotiques au cours d'un traitement corticoïde varient de 30 à 50% [10]. Ces estimations proviennent en général d'études hospitalières et non de la population générale. Le risque de fracture a été évalué de façon plus précise grâce à une étude issue d'une base de données de praticiens généralistes britanniques (GRPD : General Practice Reasearch Database) incluant plus de 250000 patients traités par corticoïdes au long cours et comparés à des sujets témoins appariés pour l'âge et le sexe [1112]. Il a été ainsi observé une augmentation du risque relatif (RR) de fracture non vertébrale (RR : 133 ; IC à 95% : 129-139) de fracture de l'extrémité supérieure du fémur (RR : 161 ; 147-176) et de fracture vertébrale (RR : 260 ; 231-292). Les auteurs mettent en évidence une relation étroite entre le risque de fracture et la dose de corticoïdes avec le risque de fracture vertébrale qui passe à 52 pour une dose d'équivalent prednisone supérieure à 75 mg/jour. Pour le risque de fracture la relation était plus forte avec la dose actuelle qu'avec la dose cumulée de corticoïdes. Une augmentation rapide du risque de fracture était notée dès le 6ème mois de traitement et une diminution dès le 3ème mois suivant l'arrêt même pour des traitements prolongés plusieurs années [12].

En résumé : après instauration d'un traitement corticoïde au long cours :

La perte osseuse est plus importante sur l'os trabéculaire (d'abord rapide jusqu'à 10 à 20% en 3 à 6 mois puis lente d'environ 2%/an) alors que sur l'os cortical la perte est plus lente (2 – 3%/an).

Le risque de fracture vertébrale est multiplié par 3 à 5

Le risque de fracture du col fémoral est multiplié par 15

Peut-on estimer le risque fracturaire individuel ?

Il est évident que chaque patient recevant une corticothérapie prolongée va perdre de l'os. Cependant cette perte reste très variable d'un patient à l'autre et tous ne feront pas une fracture. Quelques facteurs de risque de fracture peuvent néanmoins être dégagés :

1. la DMO avant le début de la corticothérapie : le risque est plus important si la DMO est déjà basse avant le début du traitement corticoïde. C'est le cas des femmes ménopausées et des hommes ayant un hypogonadisme.

2. la dose de corticoïdes : il est maintenant établi que la perte osseuse est dose et durée dépendante et qu'elle est plus rapide les six premiers mois du traitement corticoïde. La dose cumulative affecte aussi la sévérité de la perte osseuse [13]. il n'y a pas de consensus concernant une dose de sécurité mais plusieurs études semblent s'accorder qu'au dessous de 5 mg par jour de prednisone le risque d'OP est minime [14].

3. la maladie sous-jacente : une prévalence de fractures de 50% a été observée chez des patients ayant une polyarthrite rhumatoïde (PR) sous corticothérapie au long cours [15] alors qu'elle n'était que de 11% chez des asthmatiques [16]. Les maladies inflammatoires entraînent une augmentation du remodelage osseux corrélée à l'activité de la maladie [17-21].

4. le risque de chute : le risque de fracture est plus élevé chez des patients âgés sous benzodiazépines ou à faible acuité visuelle.

La DMO n'explique que 40% du risque de fracture les 60% restants s'expliquent par les autres facteurs.

Il n'est pas possible de prédire le risque pour un individu donné. La mesure de la DMO avant le début du traitement avec éventuellement un contrôle après 6 mois pourrait être le meilleur indicateur du risque individuel.

Faut-il mesurer systématiquement la DMO ?

Toutes les recommandations publiées concernant la prévention de l'OP cortisonique préconisent la mesure de la DMO avant l'initiation d'un traitement cortisonique au long cours. La mesure pourra éventuellement être répétée à 6 mois pour évaluer l'importance de la perte osseuse. Chez les patients recevant un traitement préventif de l'OP une mesure annuelle est suffisante [2].

Traitement

· Le calcium et la vitamine D :

De nombreuses études randomisées contrôlées contre placebo [22-26] démontrent que la vitamine D (400 à 800 UI par jour) et le calcium (1 g par jour) préviennent la perte osseuse chez les patients traités par des corticoïdes. De même l'utilisation de métabolites de la vitamine D (alfacalcidiol (1 a[OH]-D3) à la dose de 1 mg/j et le calcitriol (125[OH]2-D3) à 05-1 mg/j était supérieure au calcium et au placebo. Une méta-analyse récente regroupant l'ensemble des études sur le sujet confirme l'efficacité du calcium et la vitamine D dans la prévention de la perte osseuse cortico-induite [23]. Le calcium seul ne prévient pas cette perte.

Il ressort donc qu'une supplémentation en vitamine D (quelle qu'en soit la forme) et en calcium doit être démarrée systématiquement avec un traitement corticoïde au long cours.

· Les agents anti-résorptifs

·Traitement hormonal substitutif (THS)

Un hypogonadisme doit être recherché systématiquement chez les patients recevant une corticothérapie au long cours puisqu'il a été démontré qu'ils sont à risque en raison de l'action inhibitrice des corticoïdes sur la sécrétion de la FSH et la LH et de l'action directe sur les ovaires et les testicules (voir chapitre physiopathologie). Si un hypogondadisme est mis en évidence il doit être corrigé. Le traitement hormonal substitutif est efficace pour prévenir la perte osseuse chez les femmes ménopausées recevant une corticothérapie prolongée à faible dose. Cependant il n'existe pas de données sur l'efficacité du THS à prévenir l'OP cortisonique à l'initiation du traitement corticoïde ou dans le cas où la dose des corticoïdes utilisée au long cours est modérée ou élevée. En outre depuis quelques années l'utilisation du THS comme traitement de l'ostéoporose est abandonnée après la publication de plusieurs études dont la plus importante est l'étude WHI [29] démontrant un déséquilibre dans son rapport bénéfice risque en sa défaveur (risques de cancer du sein d'accidents cardiovasculaires et thromboemboliques et même de démence augmentés). Il existe peu de données concernant les hommes. Une étude [30] a montré l'efficacité de la testostérone (en injections intra-musculaires mensuelles) pour la prévention de l'OP cortisonique chez 15 patients asthmatiques. Tous avaient une testostéronémie basse avant l'initiation du traitement. Selon les recommandations de l'American Association of Clinical Endocrinologists et l'American College of Endocrinology les hommes ayant un taux de testostérone sous 3 ng/dl doivent recevoir un traitement substitutif. Il existe différentes présentations de la testostérone : injections IM à courte et longue durée d'action patchs et gels. Le but du traitement est de ramener la testostéronémie à un taux physiologique. Il est important avant de démarrer ce traitement d'éliminer un cancer prostatique par un toucher rectal et la mesure de la PSA qui devra être contrôlée annuellement. Le cancer prostatique est une contre-indication absolue au traitement par testostérone. Même s'il n'existe aucune étude concernant le traitement hormonal chez des femmes préménopausées recevant des corticoïdes des études [3132] portant sur des athlètes jeunes présentant des troubles menstruels suggèrent que les femmes prenant des contraceptifs oraux ont une DMO plus élevée que les femmes n'en recevant pas. Il semble donc qu'il faut chez les femmes jeunes qui présentent des irrégularités du cycle menstruel (oligo ou aménorrhée) nécessitant un traitement corticoïde proposer un traitement contraceptif oral à base d'estrogènes et de progestérone en l'absence de contre-indications.

Concernant les SERMS (antagonistes sélectifs des récepteurs des estrogènes) aucune donnée n'est disponible pour statuer d'un éventuel effet préventif ou curatif de l'OP cortisonique. Toutefois sur le plan théorique ils peuvent être proposés pour prévenir l'OP cortisonique chez les femmes ménopausées [3334].

·Les bisphosphonates

Il existe plusieurs essais randomisés et contrôlés [35-40] démontrant l'efficacité de l'alendronate (Fosamax*) et le risédronate (Actonel*) dans la prévention et le traitement de l'OP cortisonique. Une augmentation significative de la DMO (le plus souvent constatée au rachis lombaire) et une réduction de l'incidence des fractures vertébrales sont constatées dans les groupes traités par les bisphosphonates comparativement aux groupes contrôles. Les effets secondaires sont minimes touchant essentiellement le tractus gastro-intestinal haut. L'alendronate et le risédronate sont recommandés pour la prévention et le traitement de l'OP cortisonique. L'alendronate est utilisé à la dose de 70 mg/semaine et le risédronate à 35 mg/semaine. Ils doivent être utilisés avec le calcium et la vitamine D. Quant aux autres bisphosphonates tel le pamidronate (Arédia*) des études ouvertes ont montré un effet densitométrique positif [41]. Le zolédronate (Zométa*) a aussi démontré l'efficacité d'une seule perfusion avant le début d'une corticothérapie au long cours [42].

·La calcitonine

Que ce soit en injections sous cutanées ou en inhalation nasale la calcitonine n'a pas démontré d'effet préventif de la perte osseuse cortisonique ou sur l'incidence des fractures vertébrales. Cependant elle entraîne une augmentation de la DMO au rachis mais non au col fémoral chez les patients recevant une corticothérapie au long cours [43-45]. Sa seule indication reste donc l'alternative aux bisphosphonates en cas de contre-indication d'intolérance ou de refus chez les patients recevant une corticothérapie au long cours mais elle ne peut être recommandée en traitement préventif chez les patients commençant une corticothérapie.

· Les agents anaboliques

Cette classe de médicaments ayant pour caractéristique de stimuler la formation osseuse ne comprend pour le moment que quelques molécules. La plus ancienne le Fluor a déjà été évalué dans l'OP cortisonique dans quelques essais incluant un petit nombre de malades. Le Fluor augmente la DMO au rachis lombaire mais pas au col fémoral et ne diminue pas l'incidence des fractures vertébrales [4647] ce qui le fait exclure de toutes les recommandations faites pour le traitement ou la prévention de l'OP cortisonique. La parathormone 1-34 (PTH) utilisée en administration intermittente a une action anabolique importante sur l'os qui a été utilisé récemment pour traiter l'OP cortisonique. Des femmes ménopausées recevant une corticothérapie au long cours et un THS ont été traitées par PTH [28]. Leur DMO au rachis lombaire a augmenté de 11% en 1 an. Il n'existe pas de données concernant l'incidence des fractures pour l'OP cortisonique même s'il a été démontré que la PTH la diminue chez les femmes ménopausées ostéoporotiques [4344]. D'autres agents anaboliques existent mais ont été peu étudiés pour le traitement de l'OP cortisonique comme la nandrolone [48] ou la medroxyprogesterone [49]. Quant aux autres traitements comme le ranélate de strontium les statines ou les facteurs de croissance ils n'ont pas encore été étudiés dans l'ostéoporose cortisonique.

Conduite pratique chez un patient allant recevoir ou recevant une corticothérapie

L'OP cortisonique doit être prévenue et si elle est présente elle doit être traitée.

Chaque fois qu'une corticothérapie supérieure à 5 mg par jour en équivalent prednisone est envisagée pour plus de trois mois les mesures suivantes doivent être prises avant le début du traitement:

Prescrire le corticoïde à la dose minimale possible et envisager d'arrêter dès que possible.

Essayer d'arrêter le potentiel évolutif de la maladie sous jacente en utilisant un traitement de fond quand il existe.

Conseiller l'arrêt du tabac et de l'alcool.

Conseiller une activité physique régulière.

Eviter les facteurs de risque de chute.

La DMO doit obligatoirement être mesurée au rachis et/ou au col fémoral :

Démarrer une supplémentation en calcium (1 g/j) et en vitamine D (800 UI de vitamine D naturelle 1 mg/j d'alfacalcidiol ou 05 mg/j de calcitriol).

Prescrire un bisphosphonate si :

o T score <-15

o Age >65 ans

o antécédent de fracture par fragilité osseuse.

- Ce traitement devra être poursuivi tant que la corticothérapie est nécessaire.

- Si la DMO est normale il faut surveiller et répéter la mesure une fois par an ou tous les six mois s'il existe d'autres facteurs de risque d'OP.

Conclusion

Les progrès récents dans les domaines diagnostique et thérapeutique laissent envisager une meilleure attitude préventive face à l'OP cortisonique complication grave mais prévisible d'une classe médicamenteuse très utile dans un grand nombre de maladies. Les recommandations décrites dans cet article sont issues d'avis consensuels et de preuves basées sur les essais cliniques mais qui seront certainement modifiés au fur et à mesure que les connaissances sur le sujet s'améliorent et que d'autres produits plus efficaces apparaissent.

 

1. American College of Rheumatology Task Force on Osteoporosis Guidelines: Recommendations for the prevention and treatment of glucocorticoid induced osteoporosis. Arthritis Rheum 1996;39:1791-801.

2. American College of Rheumatology Ad Hoc Committee on glucocorticoid-induced osteoporosis : Recommendations for the prevention and treatment of glucocorticoid induced osteoporosis. Arthritis Rheum 2001; 44 : 1496-1503.

3. Walsh LJ Wong CA Pringle M Tattersfield AE. Use of oral corticosteroids in the community and the prevention of secondary osteoporosis: a cross sectional study. Br Med J 1996; 313: 344-6.

4. Van Staa TP Leufkens GH Abenhaim L Begaud B Zhang B Cooper C. Use of oral corticosteroids in the United Kingdom. QJM 2000; 93: 105-11.

5. Gudbjornsson B Juliusson UI Gudjonsson FV. Prevalence of long term steroid treatment and the frequency of decision making to prevent steroid induced osteoporosis in daily clinical practice. Ann Rheum Dis 2002; 61:32-6.

6. Manolagas SC Weinstein RS. New developments in the pathogenesis and treatment of steroid-induced osteoporosis. J Bone Miner Res 1999; 14: 1061-6.

7. Orcel P Roux Ch. Ostéoporose cortisonique. Rev rhum [Ed Fr] 2001; 68 : 678-84

8. Roux S Orcel P. Bone loss. Factors that regulate osteoclast differentiation : an update. Arthitis Res 2000; 2: 451-6.

9. Weinstein RS. The pathogenesis of glucocorticoid-induced osteoporosis. Clin Exp Rheumatol 2000; 18 Suppl 21: S35-40.

10. Lukert BP Raisz LG. Glucocorticoid-induced osteoporosis: pathogenesis and management. Ann Intern Med 1990;112:352-64.

11. Van Staa TP Leufkens HG Abenhaim L Zhang B Cooper C. Oral corticosteroids and fracture risk: relationship to daily and cumulative doses. Rheumatology (Oxford) 2000; 39: 1383-9.

12. Van Staa TP Leufkens HG Abenhaim L Zhang B Cooper C. Use of oral corticosteroids and risk of fractures. J Bone Miner Res 2000; 15: 993-1000.

13. Levis S Altman R. Bone densitometry: clinical considerations. Arthritis Rheum 1998; 41: 577-87.

14. Locascio V Bonnuci E Imbimbo B Ballanti P Adami S Milani S et al. Bone loss in response to long-term glucocorticoid therapy. Bone and Mineral 1990;8:39-51.

15. Verhoeven AC Boers M. Systemic review of corticosteroid-induced osteoporosis in rheumatoid arthritis and other diseases. Br J Rheumatol 1997;36(SI):67.

16. Dykman TR Gluck OS Murphy WA Hahn TJ Hahn BH. Evaluation of factors associated with glucocorticoid-induced osteopenia in patients with rheumatic diseases. Arthritis Rheum 1985;28:361-81.

17. Adinoff AD Hollister JR. Steroid-induced fractures and bone loss in patients with asthma. N Engl J Med 1983; 309: 265-8.

18. Bijlsma JWJ. Bone metabolism in patients with rheumatoid arthritis. Clin Rheumatol 1988;7: 1623.

19. El Maghraoui A Borderie D Edouard R Roux C Dougados M. Osteoporosis body composition and bone turnover in ankylosing spondylitis. J Rheumatol 1999; 26: 2205-9.

20. Maillefert JF Aho S El Maghraoui A Dougados M Roux C. changes in bone density in patients with ankylosing spondylitis: a two year follow-up study. Osteoporosis Int 2001; 12: 605-9.

21. El Maghraoui A. Osteoporosis and ankylosing spondylitis. Bone Joint Spine 2003 (in press).

22. Bijlsma JWJ Raymakers JA Mosch C Hoekstra A Derksen RHWM Baart de la Faille H et al. Effect of oral calcium and vitamin D on glucocorticosteroid-induced osteopenia. Clin Exp Rheumatol 1988; 6:113-9.

23. Amin S LaValley MP Simms RW Felson DT. The role of vitamin D in corticosteroid-induced osteoporosis: a meta-analytic approach. Arthritis Rheum 1999; 42: 1740-51.

24. Buckley LM Leib ES Cartularo KS Vacek PM Cooper SM. Calcium and vitamin D3 supplementation prevents bone loss in the spine secondary to low-dose corticosteroids in patients with rheumatoid arthritis. Ann Intern Med 1996;125:961-8.

25. Homik J Suarez-Almazor ME Shea B Cranney A Wells G Tugwell P. Calcium and vitamin D for corticosteroid-induced osteoporosis Cochrane review. In: The Cochrane Library. Issue 2. Oxford (UK): Update Software; 2000.

26. Reginster JY Kuntz D Verdickt W Wouters M Guillevin L Menkes CJ et al. Prophylactic use of alfacalcidol in corticosteroid-induced osteoporosis. Osteoporos Int 1999; 9: 75-81.

27. Hall GM Daniels M Doyle DV Spector TD. Effect of hormone replacement therapy on bone mass in rheumatoid arthritis patients treated with and without steroids. Arthritis Rheum 1994; 37: 1499-505.

28. Lane NE Roe B Genant HK Arnaud C. Parathyroid hormone treatment reverses glucocorticoid-induced osteoporosis: results of a randomized controlled trial. J Clin Invest 1998; 102: 1627-33.

29. Writing Group for the Women's Health Initiative Investigators. Risks and benefits of estrogen plus progestin in healthy postmenopausal women: principal results from the Women's Health Initiative randomized controlled trial. JAMA 2002; 288: 321-33.

30. Reid IR Wattie DJ Evans MC Stapleton JP. Testosterone therapy in glucocorticoid-treated men. Arch Intern Med 1996; 156: 1173-7.

31. Drinkwater BL Nilson K Ott S Chesnut CH. Bone mineral density after resumption of menses in amenorrheic women. JAMA 1986; 256: 380-2.

32. Drinkwater BL Nilson K Chesnut CH Brenner WJ Shainholtz S Southworth WB. Bone mineral content of amenorrheic and eumenorrheic athletes. N Engl J Med 1984; 311: 277-81.

33. Delmas PD Bjarnason NH Mitlak BH Ravoux AC Huster WJ Draper M et al. Effects of raloxifene on bone mineral density serum cholesterol concentrations and uterine endometrium in postmenopausal women. N Engl J Med 1997; 337: 1641-77.

34. Ettinger B Black DM Mitlak BH Knickerbocker RK Nickelsen T Genant HK et al for the Multiple Outcomes of Raloxifene Evaluation (MORE) Investigators. Reduction of vertebral fracture risk in postmenopausal women with osteoporosis treated with raloxifene: results from a 3-year randomized clinical trial. JAMA 1999; 282: 637-45.

35. Adachi JD Bensen WG Brown J Hanley D Hodsman A Josse R et al. Intermittent etidronate therapy to prevent corticosteroid-induced osteoporosis. N Engl J Med 1997; 337: 382-7.

36. Roux C Oriente P Laan R Hughes RA Ittner J Goemaere S et al. Randomized trial of effect of cyclical etidronate in the prevention of corticosteroid-induced bone loss. J Clin Endocrinol Metab 1998; 83: 1128-33.

37. Saag KG Emkey R Schnitzer TJ Brown JP Hawkins F Goemaere S et al. Alendronate for the treatment and prevention of glucocorticoid-induced osteoporosis. N Engl J Med 1998; 339: 292-9.

38. Adachi JD Saag KG Delmas PD Liberman UA Emkey RD Seeman E et al. Two-year effects of alendronate on bone mineral density and vertebral fracture in patients receiving glucocorticoids: a randomized double-blind placebo-controlled extension trial. Arthritis Rheum 2001; 44: 202-11.

39. Reid DM Hughes RA Laan RF Sacco-Gibson NA Wenderoth DH Adami S et al. Efficacy and safety of daily risedronate in the treatment of corticosteroid-induced osteoporosis in men and women: a randomized trial. J Bone Miner Res 2000; 15: 1006-20.

40. Cohen S Levy RM Keller M Boling E Emkey RD Greenwald M et al. Risedronate therapy prevents corticosteroid-induced bone loss: a twelve-month multicenter randomized double-blind placebo-controlled parallel-group study. Arthritis Rheum 1999; 42: 2309-18.

41. Boutsen Y Jamart J Esselinckx W Devogelaer JP. Primary prevention of glucocorticoid-induced osteoporosis with intravenous pamidronate and calcium: a prospective controlled 1-year study comparing a single infusion an infusion given once every 3 months and calcium alone. J Bone Miner Res 2001; 16: 104-12.

42. Reid IR Brown JP Burckhardt P Horowitz Z Richardson P Trechsel U Widmer A Devogelaer JP Kaufman JM Jaeger P Body JJ Meunier PJ. Intravenous zoledronic acid in postmenopausal women with low bone mineral density. N Engl J Med 2002; 346: 653-61.

43. Adachi JD Bensen WG Bell MJ Bianchi FA Cividino AA Craig GL et al. Salmon calcitonin nasal spray and the prevention of corticosteroid-induced osteoporosis. Br J Rheumatol 1997; 36: 255-9.

44. Cranney A Welch V Adachi JD Homik J Shea B Suarez-Almazor ME et al. Calcitonin for the treatment and prevention of corticosteroid-induced osteoporosis Cochrane review. In: The Cochrane Library. Issue 2. Oxford (UK): Update Software; 2000.

45. Kotaniemi A Piirainen H Paimela L Leirisalo-Repo M Uoti-Reilama K Lahdentausta P et al. Is continuous intranasal salmon calcitonin effective in treating axial bone loss in patients with active RA receiving low-dose glucocorticoid? J Rheumatol 1996; 23: 1875-9.

46. Lems WF Jacobs WG Bijlsma JW Croone A Haanen HC Houben HH et al. Effect of sodium fluoride on the prevention of corticosteroid-induced osteoporosis. Osteoporos Int 1997; 7: 575-82.

47. Lems WF Jacobs JW Bijlsma JW van Veen GJ Houben HH Haanen HC et al. Is the addition of sodium fluoride to cyclical etidronate beneficial in the treatment of corticosteroid-induced osteoporosis? Ann Rheum Dis 1997; 56: 357-63.

48. Lindsay R Nieves J Formica C Hennerman E Woelfert L Shen V et al. Randomized controlled study of effect of parathyroid hormone on vertebral bone mass among postmenopausal women with osteoporosis. Lancet 1997; 350: 550-5.

49. Lane NE Sanchez S Modin G Genant HK Pierini E Arnaud CD. Bone mass continues to increase at the hip after parathyroid hormone treatment is discontinued in glucocorticoid-induced osteoporosis: results of a randomized controlled clinical trial. J Bone Miner Res 2000; 15: 944-51.

50. Adami S Fossaluzza V Rossini M Bertaldo F Gatti D Zamberlan N et al. The prevention of corticosteroid-induced osteoporosis with nandroline deconoate. Bone Miner 1991; 15: 72-81.

51. Greco EO Weinshelbaum A Simmons R. Effective therapy of glucocorticoid-induced osteoporosis with medroxyprogesterone acetate. Calcif Tissue Int 1990; 46: 294-9.

52. Reid DM Devogelaer JP Saag K Roux C Lau CS Reginster JY Papanastasiou PFerreira A Hartl F Fashola T Mesenbrink P Sambrook PN; HORIZON investigators. Zoledronic acid and risedronate in the prevention and treatment of glucocorticoid-induced osteoporosis (HORIZON): a multicentre double-blinddouble-dummy randomised controlled trial. Lancet. 2009 Apr 11;373(9671):1253-63.